Park, Seo-Bo
Critique